Vivre comme l’Etre que vous êtes

Vivre comme l’Etre que vous êtes

Le titre de cet article amène la question : qui êtes-vous ?  A la base,  les réponses de la plupart des gens à leur propre sujet pourraient donner quelque chose comme ça : Je suis né. Je suis un humain. Je ne suis pas trop mal fichu. Je pense que je suis raisonnablement intelligent. Ma vie pourrait être meilleure mais elle pourrait être pire. J’espère avoir de la réussite. Je vais vieillir et un jour, je mourrai. On ne vit qu’une fois. J’espère que ma vie aura été heureuse.

Rien de tout cela n’aborde qui vous êtes. Combien de personnes se posent-elles ces questions, en conscience : Qui suis-je ? Pourquoi suis-je ? Quel est le vrai sujet de ma vie ? En fait seuls très peu posent ces questions.  La plupart n’y pensent même pas, ou alors c’est une pensée fugitive, rapidement écartée. La plupart des gens grandissent avec un point de vue sur la vie similaire à celui de leurs parents. Oh oui, il y a un temps de rébellion, quand les parents sont des « ringards » mais cela passe.  Au moment où la trentaine arrive, nous réalisons que nos parents ont appris quelque chose sur la vie, en fait. Et ensuite, que nous aimions ça ou pas, toutes les années déterminantes avec eux entrent en action… et nous devenons graduellement de plus en plus comme eux, les années passant. Nous partageons des vues similaires sur la vie, tout en prétendant que non. OK, nous pouvons très bien nous y connaître en ordinateurs alors qu’ils sont sans espoir sur quoi que ce soit d’électronique, mais des choses comme cela sont immatérielles. Nous suivons principalement leurs schémas émotionnels, leurs croyances de base ; nous avons une relation similaire avec la vie et avec nous-mêmes. S’ils avaient des problèmes de colère, il est probable que nous en aurons. De toute évidence, nous sommes aussi capables de manufacturer les nôtres ! Des parents avec une pauvre estime d’eux-mêmes auront des enfants qui grandissent avec une pauvre estime d’eux-mêmes, souvent non-reconnue. Les parents qui sont jaloux ou qui ont besoin de se faire bien voir de leurs amis et de leurs voisins, auront des enfants qui grandissent avec des problèmes similaires. Et c’est là où je veux en venir, nous héritons vraiment les traits, les habitudes, les croyances et le long conditionnement de nos parents.  Malheureusement, plus nous détestons une de leurs habitudes en particulier, plus il est probable que ce sera aussi la nôtre !  Bien sûr, certains d’entre nous surmontent les traits indésirables mais la plupart des gens ne le font pas.

Si je dis à la personne moyenne  -s’il existe une telle personne !-  qu’elle est belle, elle va entrer dans le déni immédiatement. Essayez !  Si je lui dis qu’elle est un magnifique Etre métaphysique et multidimensionnel d’Amour et de Lumière, elle va rire et se sentir embarrassée. Et cependant, c’est la Vérité d’un être humain, c’est ce que nous sommes vraiment. Si je lui dis qu’elle est une âme immortelle vivant dans un corps mortel, elle me regardera les yeux vides, haussera les épaules et demandera : « Et alors, qu’est-ce que ça a à voir avec quoi que ce soit ? » Simplement tout ! A cause de tout cela, nous nions notre grandeur. Nous reculons à l’idée de petitesse, mais nous rejetons quand même notre grandeur. Pourquoi ? Probablement parce que nous vivons de petites vies. Victor Hugo l’a bien dit : « Les gens vivent leurs vies de désespoir silencieux. »

Mon Dieu, ça fait peur. Des petites vies de désespoir silencieux !  Remarquez, en ces temps-ci, la plupart de ces gens vivent des petites vies de blâme criard, de revendication bruyante et de colère agressive ; tout est la faute du gouvernement !  Qu’y a-t-il en nous qui crée les concepts de blâme, de colère et de continuelle victimisation ? Je vais vous dire, c’est notre programme ! Ce programme s’est créé au cours de vies et de vies à vivre sans vraie conscience. Si une espèce animale vivait de cette façon, elle s’éteindrait. Mais pour l’humanité, c’est maintenant considéré comme normal ! Plus effrayant encore ! Vivre une vie subconsciente, inconscient et ingrat, en en voulant toujours plus… c’est normal. Le ressentiment, le blâme et la colère, normal. Bien honnêtement, être normal aujourd’hui, c’est un arrêt de mort ! Aujourd’hui, la normalité encourage et entretient la maladie. En tant qu’enseignant spirituel d’Amour et de Vérité, je vois certains aspects de la vie et de la façon de vivre dans le monde d’aujourd’hui qui  se distinguent par leur complète stupidité. Nous sommes devenus des experts pour ce qui ne fonctionne pas dans la vie et la façon de vivre. Nous vivons comme cela  -et cela ne nous soutient d’aucune façon, y compris la santé mentale, émotionnelle et physique, la joie, l’amour, la liberté et la croissance intérieure-  mais nous continuons à répéter, jour après jour, tout en attendant de meilleurs résultats. C’est de l’insanité classique !

OK… j’ai exposé une petite fraction des problèmes qu’ont la plupart des gens mais, dans un monde holistique, la fraction « est » le tout. Alors quel est le problème fondamental qu’ont la plupart des gens ? Je pourrais écrire un livre à ce sujet mais je vais me contenter de traiter le noyau même du problème. La vie n’est pas une question de chance ni d’accident. La vie est un enseignant qui vous répond à chaque moment de chaque jour. Pensez à cela. La vie entrera en relation avec vous en réponse directe à votre relation avec vous-même. Voilà ! Vous venez de lire deux des affirmations les plus profondes qui existent au sujet de la vie et de la façon de vivre. Relisez-les encore… et encore. Et maintenant, ressentez ce que vous avez lu. Pensez-y dans votre cœur, ressentez-le dans votre tête !

Si vous lisez ces mots et que vous les écartez… dans une façon facile lorsqu’on lit, ils ne feront RIEN pour vous. Si vous les lisez, que vous les digérez, que vous les placez dans votre cœur… le changement peut se produire. Votre relation avec vous-même est votre relation avec la vie. A quel point est-ce simple ? Alors cela amène une autre question : comment classifieriez-vous  votre relation avec vous-même ? Vous aimez-vous vous-même inconditionnellement ? Non Vous aimez-vous vraiment ? Probablement oui, mais cela va vous rendre inhabituel. La plupart des gens ne s’aiment pas  -bien que seuls quelques-uns admettraient qu’ils se détestent-  même à eux-mêmes ! Si vous êtes une personne qui lit des articles comme celui-ci, ou qui lit des livres comme ceux que j’écris, il ne fait aucun doute que vous êtes dans un meilleur endroit au cœur de vous-même que l’immense majorité des gens. La plupart des gens dans le monde se débattent avec la vie. Pourquoi ? Simplement parce que leurs vies reflètent la lutte qu’ils mènent dans leurs relations avec eux-mêmes. Cette relation est la relation la plus importante dans laquelle on sera jamais… parce qu‘on n’en sort jamais ! Ceci est une Vérité infaillible et il n’y a pas moyen d’y échapper. Ni l’argent, ni la célébrité, ni la mort ne peuvent  faire avorter cette réalité. Votre relation avec vous-même est votre relation avec la vie. Maintenant, autre chose. Votre vie est la continuité de l’âme que vous êtes. Cela veut dire que la vie dans laquelle vous vous trouvez, maintenant, peut refléter des aspects de votre incarnation précédente. Et la vie dans laquelle vous vous trouvez, maintenant, se reflètera aussi dans la prochaine, par les aspects de cette vie-ci. Pourquoi ? Parce que vous êtes un Etre immortel et que votre vie de peut-être mille prétendues vies n’est qu’une seule vie en continu. Vous pouvez améliorer continuellement le reflet !

OK…  qu’est-ce que tout cela fait, dans les mots les plus simples, sur la manière de vivre sa vie ? Cela se résume en une équation simple : Aimez qui vous êtes. Aimez avec qui vous êtes. Aimez ce que vous faites. Aimez votre corps. Aimez votre vie. De cette façon, vous changerez entièrement le programme subsconscient complet d’auto-victimisation.

En faisant cela vous n’avez rien à perdre et tout à gagner. Mais sachez-le bien, c’est le processus d’une vie ! Au fur et à mesure que l’Amour grandit, vous grandissez. La paix grandit. La joie grandit. L’intelligence consciente grandit. Tout cela, c’est vous… qui grandit.

Un dernier rappel : vous devez vraiment vivre cela. Y penser ne vous amènera à rien.

Michael J. Roads