Une vision holistique de la Nature

Une vision holistique de la Nature

C’est un fait que la plupart des personnes rationnelles voient la situation actuelle de notre environnement comme en crise. Pour moi, c’est le point de vue de la séparation. Je suis au courant que ma vision de la Nature n’est pas grand public  -l’humanité a un penchant pour les crises-  mais néanmoins j’ai l’intention de donner une brève esquisse d’un point de vue plus holistique.

Mais tout d’abord laissez-moi juste évoquer quelques instants le sujet de la vision de la séparation fondée sur l’anxiété. La séparation, comme le mot le laisse entendre, suggère que toute vie est séparée. Ce concept pourrait bien embrasser le tissu de connexion dans toute vie, avec l’acceptation de la chaîne de dépendance montrée avec brio dans les documentaires vidéo sur l’écologie de la forêt tropicale. Mais il fait néanmoins référence à la vie vue dans un cadre intellectuel d’isolation.  Beaucoup de ces documentaires montrent que si une espèce   -animal, oiseau, insecte, plante-  dans cette chaîne de dépendance est menacée d’extinction, alors toute la chaîne s’écroule et éventuellement de nombreuses espèces vont périr.

Le mot même d’ “extinction” est fondé sur la séparation. Extinction veut dire qu’aujourd’hui  -dans notre cadre temporel-  certaines espèces n’existent plus. Et, selon ce concept, l’évidence montre qu’un nombre sans cesse grandissant d’espèces s’éteignent chaque jour.

Ce résumé bien trop bref nous amène à la conclusion courante que notre faune et notre flore sont en voie de devenir complètement décimées et que nous devons sauver toutes les espèces que nous pouvons de l’extinction. Après tout, comme le dit le sticker de plaques minéralogiques : l’extinction c’est pour toujours. Ce système de croyance a généré un immense mouvement environnemental du genre « Sauvez les… ! » Un mouvement lourdement entrelacé de peur, de culpabilité et de colère à propos de l’environnement. Nous avons besoin de quelqu’un à blâmer  -n’avons pas toujours tendance à ça ?- une personne ou une entreprise qui puisse être punie publiquement. Cela aide à créer une conclusion satisfaisante et moralisatrice.

Tout cela est en train de se produire, il n’y a aucun doute là-dessus. Sur un plan physique, de nombreuses espèces quittent cette planète tandis que les changements environnementaux sont stupéfiants par la vitesse à laquelle ils s’approchent, en même temps que par l’impact que cela a, et va continuer d’avoir, sur nos vies. Tout cela est indubitablement en train de se produire dans notre vie physique quotidienne.

Depuis de nombreuses années, j’ai un enseignant que je vais simplement appeler l’Esprit de la Nature. J’ai encore cet enseignant mais notre relation s’est modifiée subtilement, mais cependant de façon majeure. Cet enseignant m’a ouvert à la Nature QUI EST. Pas simplement notre Nature physique de tous les jours, mais la Vérité et l’Esprit au-delà de ce plan familier. Premièrement, il m’a fallu aller au-delà des limites et des frontières qui définissent ce que nous appelons la réalité normale. La plupart des gens sont très effrayés si leurs expériences les emmènent au-delà de leur entendement ou des explications habituels. J’ai dû apprendre à trouver du confort là-dedans et ça a pris du temps. J’ai appris que notre réalité consensuelle (tout le monde d’accord) normale était terriblement limitée et qu’au-delà ces frontières acceptées, une bien Plus Grande Réalité attendait. J’ai trouvé que beaucoup d’autres avaient découvert cette Réalité avant moi et certains de ces Etres non physiques m’ont aidé à développer mon éducation.

J’ai appris au sujet de notre réalité métaphysique et comment notre temps linéaire de référence est une minuscule prison ; une prison que nous renforçons continuellement par nos systèmes de croyances étroits et structurés. Et j’ai appris au sujet de l’Unité. L’Unité se trouve en dehors de notre référence intellectuelle, elle ne peut être qu’une expérience totalement holistique. Une expérience dont, tristement, nous nous sommes isolés nous-mêmes. Nous avons construit un mur autour de la possibilité pour nous d’expérimenter l’Unité et le nom de ce mur est, bien entendu, la séparation. La séparation est devenue notre réalité. Pas notre Vérité, simplement notre réalité, et nous en sommes devenus plus pauvres.

Si vous regardez dans un miroir, vous savez parfaitement bien que le reflet  dans le miroir n’est pas vraiment vous. Ce n’est rien de plus qu’un reflet. Si on enlève le miroir pendant que vous regardez dedans, vous savez que vous n’êtes pas mort, ou éteint, simplement parce que vous n’avez plus le reflet de votre corps physique à regarder.

Croyez-le ou non mais le monde physique de la Nature n’est rien de plus que le reflet d’un miroir non manifesté de la Nature métaphysique. Et de la même façon, si vous retirez le reflet  physique du miroir, il n’y a aucun moyen de prouver que la réalité métaphysique n’existe plus, ou est éteinte. La plupart des humains croient que nous sommes plus qu’un corps physique. Cela suggère que nous avons une vie spirituelle, peut-être même un corps métaphysique (au-delà du physique) qui n’est plus visibles dans des miroirs ou aux yeux des autres quand nous sommes ce que nous appelons morts.

Il me faudrait écrire un livre pour aller dans les détails sur ce sujet (un jour !) afin que je puisse établir une vérité simple mais profonde : tout le temps occupe le même espace. Le passé, le présent et le futur occupent tous le même moment, un moment qui n’est jamais statique. Le temps/la vie est « le mouvement dans le moment ». Pour nous, généralement, le temps linéaire est notre façon de vivre dans le cadre de la cause et de l’effet. Dans notre interprétation du temps, nous pensons que le passé est inaltérable  -faux-  et que le futur ne sera jamais atteignable -faux-  . Je suis désolé mais je n’offre pas d’explication pour ça et vous êtes libre de le rejeter. Je dirai, malgré tout, que si nous étions des Etres évoluant uniquement dans un cadre temporel linéaire, alors ce que j’ai établi ne serait pas vrai. Mais nous ne sommes pas des Etres physiques contenant de l’esprit ; nous sommes des Etres spirituels exprimant le Soi sous une forme physique, corporelle.

Cela est vrai aussi pour la Nature. Et cela nous amène à l’Unité. L’Unité est le savoir/l’expérience que Toute vie est Une et que les prétendues parties sont toutes la vaste et incroyable diversité du Un. Donc, si vous avez suivi jusqu’ici, et peut-être même si vous êtes d’accord avec ça, il y a encore un grand pas à franchir. Si n’importe quel aspect  -espèce-  du Un est menacé, alors, parce que le Tout est Un, cela veut dire que le Un/Tout est menacé. En d’autres termes, vous devez faire un choix ici.

Soit vous acceptez que tout ce qui est vivant sur cette planète bouge au rythme d’une perfection invisible, non compréhensible intellectuellement, mais inéluctable. Soit tout  -et je veux dire tout-  est dans un état de chaos total et de dislocation. Faites ce choix depuis le centre de votre cœur si vous le pouvez plutôt que depuis votre tête. Il est difficile de faire des choix intellectuels au sujet d’une réalité non intellectuelle !

Quand Jésus a dit : “Pas un moineau ne tombe”, il parlait d’ordre parfait. Ce qui me ramène à mon intention première pour cet article : si rien n’est en dehors de l’ordre, comment se fait-il que des espèces disparaissent de la planète ?

Ce qui se produit sur cette planète en ce moment-même est un Changement sans précédent. Changement avec un C majuscule ! Le raisonnement humain ne se développe pas réellement, il suit les mêmes lignes congestionnées du raisonnement intellectuel qu’il a toujours suivies. Nous sommes dans une impasse ; soit nous continuons avec plus de la même chose, soit nous sommes littéralement forcés au changement. Et je veux dire Changement ! Si nous avons un seul ennemi aujourd’hui, il s’appelle « plus de la même chose ». Vous ne pouvez pas changer et rester le même. Pensez-y ! L’humanité évite le changement comme si c’était un fléau. Nous adorons modifier mais la modification n’est pas le changement. Personnellement, j’adore vraiment les environnementalistes équilibrés. Ils sont une grosse punaise plantée dans les fesses de l’apathie. Et, bien entendu, l’apathie est une forme de stagnation sans changement.

Alors qu’est-ce que la Nature et la perte des espèces viennent faire là-dedans ? Je vais simplement le dire comme ça : il n’est plus approprié pour nombre des espèces de se trouver dans ce cadre de temps physique pendant les périodes de Changement dans lesquelles nous entrons. De même que la Nature peut retirer une espèce d’un cadre temporel, elle peut, quand c’est approprié, réintroduire des espèces. Tout le monde est au courant aujourd’hui de la suppression rapide d’espèces et il y a beaucoup de commentaires  -bien intentionnés-  à ce sujet, mais très peu de gens semblent être au courant de la conscience d’autres espèces  -incluant certaines qui ont été dites éteintes-  qui sont  métaphysiquement sur le point d’entrer dans ce cadre temporel, attendant leur propre moment pour retrouver une expression physique.

Bien entendu, si vous me demandez de prouver ce que je dis, je ne le peux pas. Et même si je le pouvais, je ne le voudrais pas. Je dirai cependant que si vous êtes préparé à quitter le confinement de la très limitée réalité consensuelle et à embarquer en voyage dans la vaste arène infinie de la Plus Grande Réalité, vous trouverez, comme moi,  ainsi que comme les sages et les mystiques depuis des siècles, avons trouvé, que ce que je vous ai si brièvement esquissé ici est fondé sur la Vérité inexplicable.

Faites comme Alice. Au lieu de passer une vie entière à regarder dans le miroir et à vivre le reflet de son illusion, entrez dans le miroir, passez à travers et je vous promets que là, vous trouverez une Vérité transparente et en permanente expansion qui changera votre vie.