Le futur : paradis ou enfer ?

Le futur : paradis ou enfer ?

Il arrive souvent que cette colonne soit initiée par la question d’une personne. Ou encore, comme c’est le cas cette fois-ci, par une série de questions. Laissez-moi partager avec vous l’idée maîtresse des questions d’un gars adorable, Steve, pour tracer les grandes lignes de ses défis.

Au fond, il demande : Y a-t-il quelque chose qui décide que nous devrions revenir ici parce que nous avons fait ceci ou cela ? Est-ce que le payement de la dette karmique est plutôt de l’ordre de ce que nous pouvons nous pardonner à nous-mêmes et aux autres ? Si nous pouvons vraiment lâcher prise et nous pardonner à nous et aux autres, est-ce que cela nous soulage de tout ou d’une grande partie de notre karma ? Si quelqu’un ne croit pas vraiment qu’il a fait quelque chose de négatif, a-t-il réellement fait quelque chose de négatif ? Je pense maintenant aux attachements, à la façon dont nous retournons sans cesse vers nos vieux modes de comportement parce que nous y sommes attachés, et que nous en retirons une forme de sécurité ou de satisfaction. Quelles sont les choses les plus communes pour lesquelles nous revenons ?

Vous persistez à dire dans vos livres à quel point le futur de cette planète va probablement être sombre. J’ai peur de cela (comme beaucoup d’autres, si ce n’est tout le monde) et je travaille à lâcher prise. Et je dois être honnête. Bien que j’aime  -vraiment-  vos livres et tous vos voyages extraordinaires qui expansent l’esprit et le cœur, je ne peux m’empêcher de me demander si vous essayez ou si vous souhaitez nous offrir de la compassion, de la gentillesse et une sagesse quotidienne surpuissante pendant ce que je considère être (et j’espère que ça l’est) la fin de ce monde nocif et le commencement du paradis sur cette terre. Récemment, j’ai fait l’expérience d’une énergie folle, colérique (probablement comme beaucoup d’autres gens) et je me demande à quel point cette énergie flotte autour du monde et combien d’elle m’envahit. Je sais que vous répondriez : « Il n‘y a rien en dehors du Soi, » Je voudrais dire qu’il y a de nombreuses couches, aspects et perspectives à ce Soi Un. Et me voilà emporté par un flot de mots, de nouveau.

Je soupçonne, avec regrets,  que Steve est une personne  parmi de centaines de millions d’autres avec des pensées, des ressentis et des questions similaires. Quand je contemple ma propre vie, je peux m’identifier avec ces pensées et ces ressentis, mais vu de ma perspective actuelle, je suis étonné nous rendions tellement difficile une vie qui est en fait si facile à vivre. De bien des manières, répondre à vos questions ne fera pas la moindre petite différence pour vous ou pour quiconque. Ces questions sont une manière de formuler votre déception à votre propre sujet et donc à propos de votre vie.

Je vais choisir parmi vos commentaires un peu au hasard. Vous écrivez : je ne peux m’empêcher de me demander si vous essayez ou si vous souhaitez nous offrir de la compassion, de la gentillesse et une sagesse quotidienne surpuissante pendant ce que je considère… En fait, J’ai écrit « The Oracle », livre de sagesse quotidienne, exactement dans ce but. Je suis quasi certain que vous avez The Oracle et vous l’utilisez probablement, mais voyez combien de personnes s’en passent ! J’ai fait une erreur avec ce livre. Je voulais qu’il soit beau, relié avec une couverture cartonnée qui tiendrait longtemps… et c’est ce qu’il est. Mais son poids fait que le coût d’expédition depuis l’Australie est d’environ 45 dollars, bien plus que le coût du livre ! Et maintenant n’importe quel livre expédié aux USA et qui pèse plus d’une livre est surtaxé de 9 dollars. Et malgré tout c’est un excellent livre, unique. La valeur des mots valent largement son prix. Il est toujours disponible mais il ne sera jamais réimprimé dans cette belle  présentation.

OK, je continue avec vos mots : …ce que je considère être (et j’espère que ça l’est) la fin de ce monde nocif et le commencement du paradis sur cette terre. Steve, mon ami, le monde ne vous a jamais fait de mal ; il ne le peut pas. Seul vous pouvez vous faire du mal. Je le dis encore : votre relation avec vous-même est votre relation avec la vie. La façon dont vous vous traitez est la façon dont le monde va vous traiter. Ne voyez-vous pas que le monde vous renvoie le traitement que vous vous infligez. Le monde est un miroir. Vous et moi vivons dans le même monde, mais je fais l’expérience d’un monde magnifique. Cela veut-il dire que tout ce qui m’arrive est exactement comme je le voudrais ? Non, définitivement non. Ce que cela veut dire est que la vie m’offre continuellement des leçons qui me sont personnelles, uniquement si je continue à les personnaliser. Si, par contre, je vois ma leçon, si je l’accepte et si j’apprends d’elle, sans la prendre personnellement comme venant de la personne, des gens ou de la situation utilisée dans ma leçon, alors la blessure et la colère ne se lèvent jamais ou bien elles disparaissent très vite. Le monde ne personnalise personne, Steve, c’est vous/nous qui le faisons. Alors nous nous sentons blessés… et nous voyons à tort le mal dans le monde.

Le paradis EST sur terre, en cet instant même. Il est là et a toujours été là. Si vous attendez  un évènement qui va créer le paradis tout autour de vous alors… il s’est déjà produit. Si vous êtes encore en train d’attendre un évènement qui crée le paradis sur terre…  alors vous avez des vies d’attente alignées devant vous. Si vous voulez de la douceur, Steve, soyez doux avec vous. Comme vous le savez, l’Australie a connu des inondations massives. Les inondations ne sont pas venues frapper aux portes des maisons pour demander doucement : « Puis-je entrer pour inonder votre maison et perturber gentiment tous vos attachements aux habitudes  de continuation à l’identique ? » Non, elles sont entrées dans de nombreuses maisons sous la forme d’une marée, fracassant maisons, rêves, attentes et attachements, les envoyant aux oubliettes.  Elles ont laissé derrière elles une boue épaisse et puante, un rappel pas très gentil que nous sommes restés collés-dans-la-boue depuis de nombreuses vies. Quelqu’un recevra-t-il le message que la vie délivre ? Peut-être un ou, avec un peu de chance, quelques uns. La plupart des gens sont aussi saturés en conscience d’être des victimes que leurs maisons ont été saturées d’eau. Et déjà ils recherchent la personne ou les personnes à blâmer, visant ceux qui contrôlent la Digue Wivenhoe et son lâcher d’eau massif pendant les inondations.

Steve, tout ce qui se passe dans votre vie, dans ma vie, dans la vie de chacun touche à la croissance de notre niveau de conscience. Oui, il y a de larges nuages de colère accrochés aux plans étheriques de notre planète, mais nous les avons créés. Ils nous appartiennent ; ils sont notre colère.

Nos motifs de colère peuvent bien être justifiés. Et même fondés sur les nombreuses injustices dans ce monde. Mais cela, c’est nous aussi. L’humanité triche, contrôle et exploite l’humanité mais notre colère ne fait que nous connecter encore plus profondément à cela. Tout cela est illusion ; la vraie vie d’un humain est spirituelle. Chaque fois que vous vous mettez en colère contre vous-même ou contre quelqu’un d’autre, vous ajoutez à la colère du monde. En vous mettant en colère,  vous créez un attachement à la colère ; vous êtes la colère, tout en ne le sachant pas et en ne le réalisant pas. Personnellement je ne ressens plus cette colère. Au cours des deux dernières années, deux de mes fils m’ont offert une grande opportunité de colère et je l’ai saisie pour une des deux. Mais trois jours de colère m’ont montré que cela ne fonctionne pas. J’ai lâché prise. A la suite de cela, pendant une période de six mois, je me suis senti blessé et cela aussi a réduit ma qualité de vie. Se sentir blessé, cela ne fonctionne pas. Alors je suis entré dans un espace de non-souffrir, de non-blâmer, de non-attachement, ressentant de l’Amour inconditionnel pour chacun d’eux. Cela a tout changé. L’Amour fonctionne, pour moi, directement, pour eux, indirectement.

Steve, vous posez beaucoup de questions à propos du karma, le reliant au pardon en tant que solution. Comme vous le savez bien, le karma est la loi de cause et d’effet. Dites-moi, où est-ce que le pardon s’intègre-t-il là dedans ? Vous semez une cause et vous récoltez un effet. Vous devez savoir que le pardon tient le blâme par la main. Car aussi longtemps que vous blâmez, vous pouvez pardonner… et aussi longtemps que vous pardonnez, vous continuez à blâmer ; ils font partie du même cycle. Blâmer quelqu’un est causal, le pardonner est une tentative d’en stopper l’effet. Cela ne fonctionne pas. Mais que se passe-t-il si vous éliminez complètement le blâme de votre vie ? Votre vie devient plus paisible. La critique est une sorte de blâme, la critique et le blâme se tiennent par la main. Cela veut dire que si vous éliminez l’autocritique et l’auto-blâme de votre vie, il n’y aura plus de colère.

Bon, je sais qu’arrivé à ce point, vous pourriez passer dans l’intellect et me citer le Christ qui disait : « Pardonne leur, Père, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. » C’est une traduction humaine des mots du Christ, traduits probablement quinze ou vingt fois avant d’arriver enfin en Anglais. Il faut ajouter à cela, comme pour d’autres traductions, que cela a été écrit dans les mots d’une culture et d’une époque. Je suggère que vous vous débarrassiez du concept de pardon et que vous le remplaciez par celui d’acceptation. Alors cela donne : « Accepte-les, Père, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. » En vous acceptant vous-même, et les autres, le blâme n’est plus invoqué et le pardon n’est pas nécessaire. Cela veut aussi dire que les nuages de colère ne descendront plus en vous parce que votre champ d’énergie tout entier aura changé. Cela sera de plus en plus léger. Simple, non ?

Par vos questions venant de l’esprit toujours gourmand, sans que vous le réalisiez, vous recherchez du fourrage sur lequel votre esprit peut ruminer. L’esprit regarde le monde comme un vieux chien à moitié aveugle qui a une démangeaison. Il vous montre ce que vous vous attendez à voir. Vous être trop occupé à mâcher le vieil os du mécontentement pour réaliser que vous êtes le créateur de votre vie. Le parfum du mécontentement et de la victimisation est tellement puissant que vous êtes incapable de vous en débarrasser. Et ainsi le parfum de l’auto-victimisation et du mécontentement se manifeste dans votre vie quotidienne. Et vous blâmez le monde pour cela ! S’il vous plaît, Steve, ne prenez pas cela personnellement. Ce n’est pas une attaque contre vous. Cela vient d’une personne qui vous Aime probablement plus que vous ne vous Aimez vous-même… et cela ne devrait pas être possible !

Oh, et à propos, Steve, je n’écris pas tout le temps dans mes livres à propos d’un futur sombre. Relisez. Vous investissez mes mots de vos propres peurs émotionnelles. Oui, j’écris sur le changement avec un grand C majuscule. Sans un Changement Majeur sérieux et global dans notre conscience humaine mondiale, nous avons de Gros Ennuis. En tant qu’espèce, nous nous dirigeons vers l’insanité. Vous ne pensez pas ? Je ne vais pas continuer sur ce sujet dans cette colonne, mais ma vie tourne entièrement autour de l’Amour inconditionnel et de l’enseignement des raisons pour lesquelles on en a terriblement besoin tout de suite. En un mot, les gens continuent, chaque jour, à vivre d’une façon qui ne fonctionne pas, espérant de meilleurs résultats. C’est une définition de l’insanité.  Quand la Nature découvre une expression qui ne fonctionne pas, la Nature commence tout de suite à la changer. Laissez-moi finir avec ces derniers mots,  quelque chose à faire entrer dans votre vie et à vivre.

J’ai découvert ce qui fonctionne vraiment, et c’est ce avec quoi je vis. Qu’est-ce que c’est ? Il n’y a rien qui soit un problème personnel ; il n’y a qu’un manque d’Amour inconditionnel.

Dans l’Amour et la Lumière,

Michael