La validité du destin

La validité du destin

J’ai nommé cet article la validité du destin, mais le destin pourrait tout aussi bien être totalement invalide. Avant tout, la validité du destin dépend du monde dans lequel vous vivez  -le monde de l’illusion ou le monde de la Vérité.

D’abord, voyons comment le destin cadre avec le monde de l’illusion. Le monde de l’illusion implique que la vie soit trompeuse, qu’elle ne soit pas ce qu’elle a l’air d’être. C’est un monde dans lequel les coïncidences tiennent le hasard par le bras et les accidents marchent la main dans la main avec la chance. Beaucoup de gens qui lisent ceci pourraient bien dire que c’est réel, que c’est la réalité, et je dois être d’accord, mais seulement si c’est le monde dans lequel vous vivez. Dans le monde de l’illusion, nous vivons selon les caprices de la vie, aussi connus comme le doigt capricieux du destin. C’est un monde compétitif, un monde de lutte et d’épreuves, surtout si vous croyez en ce genre de choses.

Le monde de l’illusion ne reconnaît aucunement que nous créons chacun notre propre réalité. Si quelque chose se produit que nous n’aimons pas, alors c’est pas de chance, tandis que si c’est bénéfique, c’est considéré comme de la chance. Si, au cours du processus à long terme de la vie, les évènements se révèlent bénéfiques, c’est le destin. Si les évènements se révèlent négatifs et que tout va de travers, cela aussi, c’est le destin. Tous les évènements de la vie qui semblent être hors de notre contrôle sont éliminés en tant que destin, ce qui, l’un dans l’autre, est un moyen très efficace d’éviter les courants sous-jacents plus grands de la Vérité qui balayent continuellement notre vie.

Le monde de l’illusion attire notre concentration vers le désastre, à la fois écologique et humain, vers la pauvreté, vers l’injustice, vers la violence. L’illusion suggère que toute vie est séparée, que c’est le fondement même de la compétition et que la nature en est un parfait exemple. Le monde de l’illusion croit en la victoire et l’échec, en l’établissement d’objectifs, en la réussite et le ratage. Tout le stress et les pressions dans la vie viennent du monde de l’illusion, et cependant l’attachement humain à ce monde d’illusion indifférente se renforce simplement de plus en plus.

Jetons un coup d’œil différent à la vie. Voyons la vie comme un film. Chaque image du film est une vie. C’est un long film dont le début et la fin sont raccordés. En d’autres mots, ce film de vie n’a pas de fin ni de commencement. Laissez moi souligner que c’est « votre » film de vie et que chaque moment, chaque détail, est créé par vous.

OK, c’est assez simple. Maintenant, compliquons les choses un petit peu. Ce film de vie est composé de deux films qui passent simultanément,  chacun en liaison avec l’autre. L’un est le film de l’illusion, l’autre est le film de la Vérité. Les gens qui sont dans une réalité consensuelle sont tous d’accord qu’il n’y a qu’un seul film et que, fondamentalement, il est hors de notre contrôle. Tout ce que vous pouvez faire est de faire de votre mieux et espérer que c’est assez bien. Les gens moins nombreux qui sont dans une réalité plus grande savent que les deux films sont intriqués car ils ont percé l’illusion et ils sont conscients qu’ils peuvent diriger leurs films de vie selon leur volonté.

Les pièges sont nombreux. En tant que réalisateur, la Volonté est excellente, mais le Désir est un piètre substitut. Le désir va vous maintenir dans le film de l’illusion même si l’illusion suggère que vous expérimentez une plus grande réalité. Dans le monde de l’illusion, les gens ont des croyances comme : « C’était censé se produire » et « On ne peut renier sa destinée » et « L’univers s’occupera de toi ». Ils saisissent les concepts intellectuellement, ils en sentent même le potentiel mais ils sont encore maintenus dans l’illusion. L’illusion est à la fois incroyablement puissante et sans pouvoir. L’illusion peut vous tuer mais dans la Vérité il n’y a pas de mort. L’illusion peut vous remplir de peur, cependant toute peur est fondée sur l’illusion. L’illusion peut vous remplir d’anxiété et de stress, cependant l’anxiété comme le stress ne sont que des ombres de tromperie filées et tissées sur les métiers encombrés de l’illusion.

La Vérité possède tout le pouvoir, cependant ce pouvoir n’est pas inflexiblement détenu par la Vérité. La Vérité va renoncer à l’illusion, simplement parce que nier l’illusion c’est donner du pouvoir à l’illusion. Dans la Vérité, vous et moi sommes des Etres immortels. L’infini est notre cour de récréation tandis que la vie sur Terre est un choix, notre choix. Nous sommes les réalisateurs des films de nos vies et ils se déroulent selon nos directions. Dans la Vérité nos films de vie coulent au rythme de l’infinité, sachant que le temps linéaire n’est rien de plus qu’un outil effectif et efficace pour apprendre les leçons de création de la vie. Bien entendu, le paradoxe est que c’est le temps linéaire qui ligote nos croyances dans l’illusion mais cela aussi est notre choix ou manque de choix ! En Vérité, tous les attachements sont fondés dans l’illusion.  En Vérité, l’Amour est une expression de la Vérité. L’Amour est le pouvoir qui peut mettre en lambeaux la tromperie de l’illusion mais, de la même manière, l’Amour ne peut pas être un attachement.

La Vérité nous enseigne que le soi de l’identité n’est pas une unité humaine isolée. La Vérité nous enseigne que toute vie est Une, que toute vie sur cette planète est la vaste diversité d’expression d’Une conscience. On appelle généralement cette conscience Dieu. La Vérité nous enseigne que le soi de l’identité peut permettre la mort pour enlever l’illusion. Quand le faux pouvoir de l’illusion est parti, il ne reste que le Soi. La Vérité nous enseigne qu’il n’y a rien en dehors du Soi. Dans la Vérité, les illusions s’estompent, cependant nous ne restons avec rien que la gratitude pour les illusions, car elles étaient des rêves vivants qui nous ont aidés à grandir en conscience. La Vérité nous enseigne qu’il n’y a pas un moment de perdu et qu’au parfait moment, même l’illusion du destin peut être complètement valide.

Dans l’Amour et la Lumière, Michael

Avril 2006