La confiance

Katrina, ma belle-fille, m’a posé une question hier : “A quoi fais-je confiance ? A quoi est-ce que je m’abandonne ? » En essence, faire confiance signifie compter sur. Compter sur notre intégrité, notre honnêteté, nos qualités les plus fines. J’ai noté qu’elle avait demandé « A quoi fais-je confiance ? », pas à qui. Il est évident que nous trouvons difficile d’avoir confiance en nous-mêmes. Au lieu de construire la confiance tout au long d’une vie, il semble que nous la sapions. Cela suggère que nous nous trouvons peu fiables et cependant, si nous étions dans un entretien de recrutement et que la question de notre fiabilité soit posée, nous nous considérerions plutôt fiables. Nous considérons qu’on peut compter sur nous… mais pas qu’on peut avoir confiance ! La plupart des gens pensent avoir de l’intégrité, mais lui faisons-nous pleinement confiance ?  Généralement non. Pourquoi ? Parce que nous vivons dans un état permanent de critique négative sur nous-mêmes. Nous nions l’existence de notre fiabilité, de notre intégrité. Nous entretenons dans nos têtes des conversations qui minent notre confiance en la vie, en les gouvernements, en les gens en général, ne réalisant jamais que nous sapons toute confiance en nous-mêmes simplement parce que nous faisons partie de cette vie.

Le problème avec notre manque de confiance est notre préoccupation avec le fait que nous vivons dans un monde d’illusion. La conversation dans notre tête n’est pas fondée sur la Vérité de la vie, elle est fondée sur notre perception de la vie.  Nous fondons notre connaissance de la vie sur les divers documentaires de télévision, les journaux, les journaux télévisés, à écouter des gens qui ont des opinions fortement arrêtées et qui pensent qu’ils savent tout alors qu’ils ne savent rien de la Vérité de la vie. Le monde de l’illusion est préoccupé de ce qu’il perçoit comme faux dans la vie. Il regarde à travers la lentille de la séparation, cherchant à blâmer et à juger, à critiquer et à condamner. L’illusion parle d’un futur sombre, du côté inéluctable de la mort. L’illusion est une pourriture qui cherche à infecter la Vérité.

Le résultat est une érosion de notre confiance humaine. Et à sa façon, c’est une pourriture de notre expression de la Vérité, car un manque de confiance est cette véritable pourriture. Alors jetons un coup d’œil à la Vérité. Ce que je veux dire clairement est que dans la Vérité, vous pouvez avoir confiance. Bien entendu, cela soulève une autre question : qu’est-ce que la Vérité ? Nous approchons là le véritable fondement de la vie : soit la vie sur terre est un hasard, comme l’établit la science, soit la vie sur terre fait partie d’un grand dessein, comme l’établit la religion. Ou encore la vie n’entre dans aucune de ces catégories. La vie sur terre ne peut pas être catégorisée par la science ni par la religion parce qu’elle est l’expression de Principes qui transcendent les lois physiques comme religieuses.

Lors de mon expérience d’Eveil, ces Principes furent, en quelque sorte, gravés dans ma conscience.  Je suis devenu Un avec eux, pas d’une façon que je peux expliquer, mais d’une façon qui fut pure expérience. Je les appelle simplement les Principes de Vérité. L’un de ces Principes établit clairement : Il n’y a rien en dehors du Soi. En d’autres mots la vie est holistique, Complète, Une. Dès que vous vous égarez dans l’isolement de l’illusion, vous êtes dans le lieu dont votre plus profonde intuition vous dit que c’est un mensonge, que vous êtes trompés. Avec une fraction seulement de l’image, vous trouvez que vous êtes incapable de faire pleinement confiance à la vie et, parce que vous aussi êtes drapés dans l’illusion, vous trouvez impossible de vous faire confiance à vous-même.

La réponse à la question posée par Katrina est de faire confiance au Soi. Vous n’êtes pas la chair et le sang d’un corps, pas plus que vous n’êtes l’illusion écrasante qui semble nier votre Vérité. Vous êtes un magnifique Etre métaphysique et multidimensionnel de Lumière. Vous avez été conçu immortel, vivant une vie qui embrasse les galaxies.

Mes questions à toi, Katrina, sont : peux-tu t’abandonner à ta Vérité ? Peux-tu trouver la capacité de faire confiance à la Vérité du Soi ? Peux-tu « ressentir » que dans le Soi il y a un plan tellement vaste, tellement au-delà de toutes les illusions, que tu peux faire confiance à tes ressentis intérieurs ? Peux-tu nourrir ces sentiments de confiance, les amenant à un feu tellement rugissant qu’au moment parfait, les flammes de la confiance consumeront et détruiront toute tromperie jusqu’à ce que l’illusion ne soit plus qu’une poignée de cendres froides ? C’est tout ce qui t’est demandé de faire ! La confiance n’est pas fondée sur l’espoir, mais sur la Vérité et tu es cette Vérité. La seule preuve que tu auras jamais de cela est quand tu es la Vérité révélée.

Avec mon Amour, Michael