Etre un enseignant spirituel

Un aspect particulier de ma vie que je prends très au sérieux est celui d’enseignant spirituel. J’ai toujours tendance à avoir un mouvement de recul devant cette description de mon travail / de ma vie mais je ne peux pas la nier. Mon objectif principal est d’inspirer l’Amour inconditionnel aux participants de mes stages Intensifs ou séminaires. Nous avons tous cette capacité pour l’Amour inconditionnel mais je ne sais pas pourquoi, elle est rarement utilisée. Nous nous perdons dans le drame de la personnalité, dans les problèmes insignifiants et dans le bagage émotionnel de notre passé. Nous perdons de vue le fait que l’Amour réel, l’Amour inconditionnel, est le pouvoir de création. Ce n’est pas une émotion, comme on le croit de façon si commune dans la société d’aujourd’hui.

 

En tant qu’enseignant spirituel, j’attends des participants à un séminaire Intensif qu’ils grandissent émotionnellement et spirituellement. Cela veut dire que la conscience de l’enseignant spirituel doit grandir aussi ; c’est-à-dire que son champ d’énergie doit contenir une croissance intérieure. Quand les participants passent cinq jours dans le champ d’énergie d’un enseignant spirituel consacré à sa croissance intérieure, cela déclenche, nourrit et améliore la croissance intérieure de chaque participant. Cette connexion de « croissance » est absolument essentielle. Je dois dire, cependant, qu’il est possible pour une personne de s’isoler de cette « connexion de croissance » en étant simplement si fortement installée dans sa tête, dans ses propres croyances, qu’elle n’est en fait pas participante. Elle entend les mots et les installe dans la boîte de ses croyances. Tout ce qui n’y correspond pas est rejeté. C’est une des façons d’être. L’autre est pour elle de s’asseoir dans la fausse sécurité de sa propre arrogance spirituelle et, en entendant les mots qui déclenchent les émotions basses, de se mettre en colère contre l’enseignant spirituel pour avoir dérangé sa suffisance.

 

Je dois dire, cependant, que ces deux attitudes sont maintenant très rares dans mes séminaires Intensifs. Et la raison, c’est moi ! En remontant 19 ans en arrière, et au cours de mes premières 10 années d’enseignement de Retraites, j’ai rencontré les deux types de personnes assez souvent. Bien entendu, je les ai blâmées d’être comme elles étaient : ce n’était pas ma faute… mais au cours des années, j’ai appris que j’avais tort. À cette époque, je les enseignais « eux », les participants ; maintenant j’enseigne/j’inspire « nous », m’incluant moi-même. J’ai appris que la différence entre l’enseignant spirituel et les participants n’existait pas. Les expressions dans lesquelles l’enseignant et les participants vivent leur propre vie peuvent très bien être très différentes mais nous sommes tous dans une seule conscience humaine. Tout ce qui est dans la conscience des participants est dans la conscience de l’enseignant spirituel. L’inverse est également vrai. Même si l’enseignant spirituel évolué peut avoir résolu ses problèmes personnels, nous sommes tous connectés dans la conscience.

 

Si une personne a un problème d’alcool, je ne connais rien de ce problème car je ne l’ai jamais expérimenté mais nous nous connectons malgré tout dans la même conscience humaine. Je peux certainement apprendre des choses au sujet de tels problèmes mais cela reste malgré tout en dehors de mon champ d’expérience. Cependant, avec ou sans une telle connaissance, je peux me connecter avec une telle personne dans les domaines de l’attention et de la compassion. Je peux traverser l’espace d’inexpérience et connecter l’autre à un pur niveau humain d’émotions. Peu importe la façon dont le corps émotionnel est perturbé, que ce soit par des drogues ou de l’alcool ou simplement par de la colère ou du jugement, l’effet est le même : des perturbations émotionnelles.

 

Il y a un certain nombre d’années, j’ai parlé à plusieurs groupes d’indigents aux États-Unis. Ces groupes de paroles étaient gratuits et, dans la plupart, il y avait beaucoup de monde. Je me souviens d’un groupe composé principalement de femmes noires d’âge moyen. Elles me regardaient avec un certain degré de scepticisme et de mépris. « Qu’est-ce que ce sale blanc d’Australien a à nous apprendre ? » était le commentaire évident mais non exprimé. D’accord. Je leur ai dit que je regardais la vie en termes de ce qui marche et ce qui ne marche pas pour elles. L’humanité est accro à ce qui ne marche « pas » et le répète sans fin. Les drogues et l’alcool ne marchent pas. La pauvreté ne marche pas plus que la richesse extrême. Vous pouvez vous retrouver aussi perdus dans l’extrême richesse que dans la pauvreté. Je leur ai dit que nous explorons tous les extrêmes de ce qui ne marche pas, et parmi eux, principalement toutes les différentes modalités pour nous attaquer nous-mêmes. La critique de soi est extrêmement courante et, riches ou pauvres, les gens le font en permanence… Cela ne marche pas. Le jugement de soi, se mettre en colère contre soi, se comparer aux autres, rien de cela ne marche. Vous mettez tout ça ensemble et vous obtenez les maladies de cœur, les cancers, la maladie et la pauvreté qui se répandent si rapidement aujourd’hui. Et puis je leur ai dit ce qui marche. Vous auriez entendu voler une mouche. J’avais toute leur attention.

 

Alors vous vous demandez, qu’est-ce qui marche ? Réponse : l’Amour inconditionnel pour vous-même. Il ne manque jamais à ses engagements. Jamais. Mais je vous parle d’Amour inconditionnel, pas les sentiments d’amour élevés, émotifs. L’Amour inconditionnel est une manière dynamique consciente de vivre. Cet Amour n’est pas une émotion ni des pensées de valeur de soi. Aussi longtemps que vous avez un corps physique, vous apprenez toujours les dimensions de l’Amour inconditionnel. C’est ce qui se passe pour moi. Et c’est par cela que nous avons entamé cette colonne. L’enseignant spirituel n’est un enseignant que s’il vit dans l’état de conscience de l’Amour. Il n’enseigne vraiment que quand il Aime vraiment tous les participants qui sont dans la pièce avec lui. Et vous n’avez pas besoin de connaître une personne pour l’Aimer. Tout ce qui est en dessous de ça n’est que de la dissémination d’information spirituelle. Et partager de l’information spirituelle n’a rien de plus à voir avec l’enseignement «vrai» que le professeur d’école qui se perçoit comme séparé et supérieur à ses élèves plus jeunes.

 

Des études scientifiques révèlent maintenant que l’attitude du professeur envers ses élèves  -ce qu’il pense d’un élève, intelligent ou stupide, agréable ou désagréable, compétent ou incompétent, etc.-  va avoir un effet dramatique sur la performance de l’élève. Comment était la relation avec vos professeurs quand vous étiez à l’école? Et plus important, quelle était leur relation avec vous ? En Aimant les participants de mes séminaires Intensifs, je les amène aux portes de l’Amour pour eux-mêmes. Bien entendu, les gens doivent faire leur travail intérieur. Tout ce que je fais est de leur permettre cette possibilité, en Aimant ceux qui trouvent difficile de s’Aimer eux-mêmes. Et c’est tout le monde. Et je fais cela en m’Aimant moi-même. Si je ne peux pas m’Aimer moi-même, alors je ne peux pas Aimer les autres personnes. L’unité, vous vous souvenez ? L’Amour inconditionnel n’est pas sélectif, il embrasse tout. Tout est Un, Un est Tout. Pas de séparation !

 

Bien naturellement, moi aussi j’ai beaucoup d’opportunités pour ma croissance intérieure. Sans rentrer vraiment dans les détails, laissez-moi simplement vous dire que deux personnes que j’aime m’ont, pour des raisons qui leur sont propres, sorti de leur vie. J’avais une dispute avec l’un d’eux, pas avec l’autre. Cependant, parce que j’aimais ces deux personnes depuis longtemps  -assez longtemps pour croire bêtement que je les « connaissais » vraiment-  j’ai découvert que j’étais très blessé par ces deux épisodes. Les deux incidents se sont produits à peu près au même moment donc c’était comme un double coup dur !

 

J’étais impliqué émotionnellement… plutôt que de voir instantanément cela comme une nouvelle opportunité pour ma croissance. Ça s’appelle être humain ! Pendant longtemps j’ai pensé qu’il s’agissait d’un conflit de réalités mais graduellement une autre image a commencé à émerger. De l’une des personnes est arrivée de la colère, une colère très laide, et de l’autre rien du tout, sa vie a tout simplement pris une direction immensément différente. Pendant les six mois qui ont suivi, je me suis senti profondément blessé même si j’étais dans le déni de ma blessure. Nous nous bernons si facilement ! C’est pendant la tournée de cette année (2010) que j’ai été contraint à faire face à ma peine intérieure.

 

De façon complètement inattendue, un ami des États-Unis nous a envoyé des travaux artistiques de certains de ses étudiants d’université en guise d’exemple sur la façon dont ils illustraient une augmentation d’activité de leur cerveau droit après avoir fait trois des exercices d’intériorité que j’avais imaginés pour notre séminaire Intensif. Je m’empresse d’ajouter que ces exercices n’ont rien à voir avec l’art mais ont beaucoup à voir avec les schémas de fonctionnement cérébraux. L’un des dessins était un arrangement artistique de mots avec lesquels je suis très familier : vous n’êtes pas un corps avec une âme, vous êtes une âme avec un corps. Comme je le dis, ce n’était pas nouveau pour moi et tandis que je lisais les mots, ils ont eu un impact depuis un angle complètement différent. J’ai vacillé sur le bord d’une révélation intérieure profonde mais tandis que j’allais la toucher, elle m’a glissé des doigts. J’étais consterné de cela. Je savais qu’au moment parfait tout serait révélé. Et c’est ce qui s’est passé.

 

À 8h30, le matin de mon anniversaire, je me rasais en me regardant dans le miroir. Une fois encore, je fus conscient de mes sentiments de blessure intérieure. Je les ai admis tout de suite cette fois-ci, acceptant facilement leur réalité. Puis une série de réalisations intérieures se sont toutes produites simultanément : les mots « je suis une âme avec un corps » ont jeté soudainement une Lumière brillante dans l’arène de la peine. Au même moment, je savais que l’Amour inconditionnel ne ressent pas la peine : là où l’Amour est inconditionnel, la peine ne peut pas exister. Avec une nouvelle compréhension claire, je pouvais maintenant voir intérieurement/expérimenter ces deux âmes entrant dans une période très intense d’expression de leurs propres vies, pour des raisons -quelles qu’elles soient-  qui leur appartenaient. J’ai ressenti intérieurement deux âmes, chacune disant : « Tu ne vas pas aimer ce qui va se passer/ce qui se passe. En tant qu’âme, tout ce dont j’ai besoin c’est de ton Amour inconditionnel. » Et juste comme ça, je l’ai ressenti. J’ai ressenti une vague d’Amour inconditionnel déferler en moi, expansant l’Amour que j’ai déjà. La peine était partie instantanément et tout ce que je pouvais ressentir était un Amour profond et inconditionnel pour ces deux personnes. J’ai ressenti un détachement complet et total d’elles. Quoi qu’elles fassent, quoique… cela n’a pas d’importance. L’Amour est tout ce qu’il y a. Je les « Aime ». Et l’Amour inconditionnel est un état de liberté intérieure. Laissez-moi être clair : cela ne veut pas dire que soudainement j’approuve les directions qu’elles ont prises dans leur vie ni les expressions de leur vie ; cela veut dire que je ne renonce plus à ma paix intérieure. Nous sommes tous libres les uns des autres. L’Amour inconditionnel est une liberté.

 

Il est intéressant que Carolyn, qui a aussi été impliquée dans ces événements désagréables, est sortie de la douche juste à ce moment-là et tandis que je commençais à partager avec elle, elle m’a dit : « Oh Wow ! J’étais juste en train de vivre quelque chose de similaire. Pratiquement la même chose. » Je voulais leur envoyer des e-mails pour leur dire « merci » mais Carolyn a pensé que ce serait inapproprié. Je suis d’accord. Cela se passe strictement entre âmes, pas entre persona.

 

Quelques autres perspectives se sont révélées. Ces deux personnes avaient un attachement émotionnel profond envers moi. Qu’elles soient d’accord ou pas avec cela, leurs âmes le vérifient. Un attachement émotionnel est toujours négatif. Pas mal ou faux mais toujours négatif. L’Amour est une liberté, jamais un attachement. La seule façon pour une personne de casser un attachement négatif est négativement. Cela veut dire généralement avec beaucoup de colère ou un retrait complet. Et c’est exactement ce qui s’est passé. Finalement, une merveilleuse expérience de croissance, même si cela a généré beaucoup d’aspects déplaisants pour la faciliter.

 

J’ai partagé ceci pour une seule raison : il se peut que vous traversiez une expérience similaire. Ou que cela vous arrive prochainement, dans un futur pas trop distant. Autorisez-vous à expérimenter vos émotions, puis faites monter votre énergie depuis les émotions du plexus solaire, de plus en plus haut jusqu’au cœur ouvert, la place de l’Amour inconditionnel. Comme Carolyn le dit souvent, il n’y a pas de différence entre offenser et être offensé. L’une de ces personnes m’a offert une peine offensive, l’autre ne m’a rien offert. Moi, cependant, j’ai reçu l’offense et la peine des deux. Maintenant je suis libéré. Je prie que cela marche aussi bien pour vous. Nous vivons, et si nous vivons en conscience, nous apprenons.

 

Dans l’Amour et la Lumière, Michael