Disharmonie entre le physique et le spirituel (vidéo transcrite)

Disharmonie entre le physique et le spirituel – Transcription

La vidéo ci-dessus est l’original en anglais. C’est un extrait enregistré lors d’un séminaire. Le texte ci-dessous transcrit au plus près les paroles de Michael Roads. Les blancs, répétitions non intentionnelles, etc ont été éliminés.

[vsw id=”jeTDVSpBkPA” source=”youtube” width=”425″ height=”344″ autoplay=”no”]

Je ne suis pas sûr de comprendre ce que cela veut dire, en fait. Pour moi, de mon point de vue, il n’y a pas de disharmonie. Si votre physique n’est pas en harmonie, en d’autres mots s’il a une mal-adie, ce qui veut dire mal-en harmonie, donc si votre physique est en disharmonie, alors votre vie spirituelle l’est aussi. Si vous vous focalisez sur votre spirituel et votre émotionnel, mais disons émotionnel d’abord, donc si vous vous focalisez sur votre vie émotionnelle et spirituelle, et que cela devient votre objet de focalisation, votre corps va entrer en harmonie avec ça. Et si vous ne doutez pas de vous-même, vous avancez réellement très agréablement dans la vie. Si vous écoutez tout ce que les gens disent et prenez tout le monde en compte, votre chemin va devenir leur chemin.

Donc vous devez reconnaître votre propre chemin, reconnaître votre propre vérité

Si vous avez une question sur la façon dont vous devriez être sur votre chemin, si vous avez la question, parce que vous êtes un être holistique, vous avez la réponse.

Vous me posez beaucoup de questions. Vous ne pouvez pas avoir une question sans avoir une réponse. Et ça, c’est la moitié de l’entier. Et vous ne pouvez pas avoir une moitié de l’entier.

Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas poser de question. Mais c’est comme ça que nous avons l’habitude d’utiliser notre cerveau : nous posons des questions pour apprendre. Mais parce que vous êtes des êtres holistiques, quand vous avez une question, à ce instant vous avez aussi la réponse ? Mais vous ne l’avez pas depuis là où vient la question parce que la question vient toujours du cerveau gauche. Ce qui n’est pas faux. Votre réponse est dans le cœur du cerveau complet. C’est dans votre soi spirituel, c’est dans l’âme. Mais au moment où vous arrivez avec une question, dans l’instant, vous arrivez avec la réponse.

Mais comment externaliser ça, comment externaliser tout

Donc quand vous réalisez que vous avez une question, et que vous savez que vous avez la réponse, alors vous attendez. Vous posez la question dans la conscience et vous attendez. Avec une légère attente, mais pas d’attachement. Vous pouvez avoir des attentes, mais les attentes sont souvent équipées d’un crochet planté dans l’attachement. Donc n’ayez pas d’attachements.

Et au moment parfait, la réponse à votre question sera là.

Donc quand faites cela, vous nourrissez votre propre pouvoir, c’est un moment de « Ouahhh ! ».

Et puis vous êtes confronté à autre chose. Vous aviez une question, maintenant vous voulez une réponse. Est-ce que vous lui faites confiance ? Est-ce que vous vous faites confiance ? Ou bien vous dites-vous : comment saurais-je ? Comment pourrais-je bien avoir la réponse ?

Et alors cette conscience ne va pas donner la réponse.

Donc quand la réponse arrive, vous lui faites confiance, vous ne l’emmenez pas dans le cerveau gauche pour dire bien alors OK, quelle est la logique ou la raison là-dedans. Vous l’emmenez dans le cerveau complet et vous vous demandez : est-ce que c’est compatible avec le schéma holistique ? Et la réponse sera, bien entendu, c’est de là qu’elle vient !

Mais le cerveau gauche va l’annihiler s’il essaye de comprendre. Le cerveau gauche ne comprend pas la confiance. L’Amour n’est pas une émotion, le cerveau gauche ne comprend pas l’Amour. Il ne comprend pas bien les émotions non plus.

Il apparaît donc que nous sommes plutôt complexes. En fait, il y a une incroyable simplicité dans tout cela. Mais nous nous approchons de façons complexes. Alors nous n’obtenons pas de bonnes réponses et au final nous posons des questions au cas où quelqu’un saurait ce que nous ne savons pas. Mais en fait nous savons vraiment. Donc reconnaissez cela et  commencez à l’expérimenter. Cela donne beaucoup de pouvoir.