Compétition – Jeux de non-Commonwealth*

Compétition – Jeux de non-Commonwealth*

J’ai regardé à la télévision les Jeux du Commonwealth de 2006 en Australie, ces quelques derniers soirs. Commonwealth… un mot intéressant ! Que veut-il dire ? Il n’y a aucune preuve d’aucune richesse commune qui serait partagée par tout. Certains des pays qui sont en compétition dans les Jeux du Commonwealth sont tellement pauvres que les gens d’Australie ont payé pour leurs équipements de sport. Je viens juste de jeter un coup d’œil dans un ou deux de mes dictionnaires et j’ai appris que ‘commonwealth’ est un état dans lequel le peuple possède la souveraineté. Je pensais que c’était une démocratie ! Le Commonwealth est une association d’états souverains qui, à une certaine époque, étaient gouvernés par la Grande-Bretagne. Hummm, les Anglais ont voyagé, c’est sûr !

Comme je regardais les Jeux, j’ai réalisé que c’était le sommet de l’iceberg dans le monde des espoirs sportifs. Pour chaque athlète en compétition, il doit y en avoir des milliers qui ont laissé tomber en cours de route. Des milliers qui ont développé un programme subconscient de « Je ne suis pas assez bon ». Le résultat de cela, et des autres évènements sportifs majeurs comme les Championnats du Monde annuels, comme les Jeux Olympiques, est que des centaines de milliers de jeunes gens sont profondément marqués par la croyance en gagner et perdre, le succès et l’échec.

Les Jeux du Commonwealth sont réellement et vraiment des ‘Jeux de richesse peu communs’.  Ils sont certainement peu communs, ils se produisent une fois tous les quatre ans, mais pour les quelques athlètes d’élite qui gagnent les compétitions sportives préférées des sponsors, il y a assurément beaucoup d’argent. Il serait facile de devenir cynique au sujet de la commercialisation des Jeux, elle est tellement criante, mais ils vont continuer et quelques jeunes gens gagneront à la fois la célébrité et la fortune… pour un temps.

Je confesse que j’ai une certain admiration et du respect pour la concentration, l’engagement et la persévérance absolue des prétendus gagnants. Il n’y a pas de question, ils méritent leurs médailles, ils les gagnent, c’est certain. La petite élite sait qu’elle passera du sport à la publicité ou aux affaires, donc elle a beaucoup de motivation. Et la motivation est le mot-clé. Quand vous avez la sécurité financière qui se balance sous votre nez comme une carotte, vous avez la motivation. A défaut, la prochaine grosse motivation est l’égo, probablement la plus puissante de toutes. Un immense pourcentage de la population croit que la célébrité et la richesse en fait de meilleures personnes, des modèles de réussite, donc elles sont poussées par les demandes de leur égo. Ce n’est ni bien ni mal, ni juste ni faux, cela fait juste partie des illusions de la vie.

Dans les Jeux du Commonwealth, il s’agit de sport et qui dit sport dit compétition. Et qu’est-ce que la compétition ? On y va… retour à l’illusion des gagnants et des perdants, du succès et de l’échec. Dans notre réalité consensuelle, la compétition consiste à trouver qui est le meilleur, ce qui implique qu’il doit y avoir un pire. Vous ne pouvez pas avoir un meilleur sans un pire. Donc si vous êtes un coureur compétitif avec un corps physique puissant qui est génétiquement favorisé par un métabolisme rapide, et que vous pouvez courir plus vite que n’importe qui d’autre dans le monde, cela fait de vous le coureur le plus rapide. Et alors ? Cela ne fait pas de vous une personne meilleure ou supérieure, juste un coureur rapide, ce qui va rapidement décliner quand vous vous retirerez du sport de compétition. Cependant  vous avez absolument besoin de vous exercer, de vous concentrer, d’être dédié et de persévérer, sinon l’un de vos adversaires va vous battre. Donc il y a du mérite à gagner dans le processus consistant à devenir le coureur le plus rapide.

Finalement, c’est un mélange. Vous avez les mérites durement gagnés qui ont fait de vous un champion, mais vous restez avec la croyance indélébile en la compétition. Vous avez été formé et moulé pour devenir un compétiteur. Alors voyons cela d’un point de vue métaphysique.

Toute vie est Une expression holistique. En dépit de l’illusion physique, rien dans la Nature n’entre en compétition avec d’autres formes de vie. La vie n’entre pas en compétition avec la vie. La Nature est le processus continu de la conscience qui attire à elle la forme physique à travers laquelle s’exprimer, avec la forme physique réintégrant constamment la conscience. Nous appelons cela la naissance et la mort dans le processus d’évolution. Depuis notre point de vue d’illusion de séparation nous voyons aussi cela comme compétitif.

Si vous êtes un compétiteur, vous voyez la vie comme compétitive. Si vous êtes spirituellement conscient, vous voyez la vie comme uniformément holistique.

On ne peut entrer en compétition que “contre”. Contre un autre compétiteur, contre la montre, contre le record, contre soi-même et… contre la vie. La prétendu gagnant est la personne qui est tellement grisée par le prétendu succès qu’elle est convaincue que les « gagnants sont ceux qui sourient » comme ils disent en Australie. En Vérité, vous ne pouvez pas gagner ou perdre dans la vie parce que la vie n’est pas un évènement en-dehors-du-Soi. Dans le monde du sport physique, les prétendus perdants peuvent fort bien s’être entraînés aussi dur que les prétendus gagnants, mais génétiquement, ils en avaient moins sous le pied !

La compétition est un paradoxe fascinant. Elle n’a pas de vraie réalité et cependant c’est notre compétitivité qui va nous emporter physiquement de la surface de cette planète vers les étoiles. La compétition est uniquement humaine et, utilisée avec précaution et respect, elle contient un potentiel énorme. Utiliser la compétition pour booster notre énergie contient une grande valeur, cependant croire que la vie est une compétition ininterrompue rendra cette valeur inutile. Nous sommes prévus pour grandir holistiquement, la compétition est une création de l’illusion, de la séparation, de la croyance que l’un va gagner tandis que l’autre va perdre. Aussi longtemps que nous croirons dans le succès et dans l’échec, nous demeurerons spirituellement non illuminés.

La ‘richesse commune’ de la compétition est qu’elle révèle notre potentiel ; le mauvais côté est qu’elle crée l’illusion de gagnants et de perdants. Si nous vivions une seule  prétendue vie, alors les gagnants et les perdants seraient une réalité mais ce n’est pas comme ça que la vie fonctionne. La vie est une continuité de conscience sans fin, vous et moi sommes la continuité sans fin du Soi. Sur la durée de nombreuses prétendues vies, le succès et l’échec, gagner et perdre, se révèle l’illusion qu’ils sont vraiment si vous êtes un étudiant totalement engagé de la Vérité, plutôt que chasseur des illusions de richesse.

Imaginons maintenant des Jeux du Commonwealth de la Spiritualité ! Vous venez juste de connaître l’illumination Spirituelle après quelques centaines de vies à chasser la Réalisation de Soi. Devant un stade bondé, vous réalisez soudain qu’il n’y a rien à poursuivre. Tandis que vous vous alignez avec les autres chercheurs spirituels, attendant le signal du starter, vous voyez l’illusion pour ce qu’elle est. Certains de ces chercheurs n’ont que quelques années d’ancienneté dans leur quête tandis que d’autres y ont consacré des vies. Au lieu de courir, vous vous asseyez et vous abdiquez devant la Vérité. Vous percez l’illusion. Tous ces athlètes spirituels sont des aspects du Soi, chacun représentant une expression compétitive que vous avez portée sans fin. Vous voyez cela et vous lâchez prise. Vous ne pouvez pas gagner ni perdre  -vous êtes la vie. Vous êtes métaphysique. Vous êtes multidimensionnel. Vous êtes un Etre de Lumière. Vous êtes magnifique. Vous réalisez que toute compétition est illusion. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien en dehors du Soi. Vous êtes Un avec Tout, physiquement séparé, spirituellement Un.

Imaginez maintenant les acclamations tandis que la Lumière du Soi illumine tout le stade. Tous les autres chercheurs spirituels ressentent la profonde Vérité que vous avez rencontrée et ils viennent vers vous en courant. Ils vous soulèvent sur leurs épaules et vous êtes emporté pour un tour de piste, les acclamations de la foule  vous balayant.

Devant vous attend une parade avec des serpentins qui traverse la capitale la plus proche de là où vous vivez, avec des accolades d’amour et d’adoration de la part du public massé et avec des hommages rendu par les plus personnages de l’Etat. Les sponsors afflueront vers vous, vous offrant de vastes richesses si vous vouliez seulement parler de la Vérité à leurs entreprises pour qu’ils puissent s’adresser au public avec une plus grande vérité. Vous allez maintenant devenir recherché par les médias pour votre grande sagesse car le public donne crédit à et est inspiré par les visions spirituelles qui vivent maintenant dans votre conscience éclairée.

Pouvez-vous imaginer cela ? Ne vous donnez même pas cette peine. Quand vous quittez l’illusion, vous le faites seul. Quel paradoxe. Au moment où vous vous connectez avec le Tout, vous êtes plus seul en tant que personne que vous n’avez jamais expérimenté.  Pas de parades ni de serpentins. Pas d’hommages, pas d’accolades, même si vous venez juste d’atteindre un état de conscience qui est rare dans l’humanité. La Vérité peut facilement voir l’illusion, mais l’illusion est aveugle à la Vérité. C’est de cela qu’il s’agit dans la vie humaine. Faire un pas et sortir des ombres de l’illusion et avancer dans la Lumière de la Vérité. C’est la ‘richesse non commune’ qui git, enfouie et oubliée dans l’âme de chaque Etre humain.

Tandis que, individuellement, les Jeux de l’illusion prennent fin pour nous, la Vérité du Soi devient notre ‘richesse commune’.

Dans l’Amour et la Lumière,

Michael

Avril 2006

*NDLT : la traduction de Commonwealth donnerait, mot à mot, Common = commun et Wealth = richesse. D’où richesse commune. L’article est fondé sur ce « jeu de mot ».