Choisir de faire Vs. Avoir à faire

C’est curieux comme, chaque fois que le moment approche d’écrire cette colonne [ NDLT : Colonne de la Conscience pour la Newsletter], une petite idée, un sujet ou simplement une inspiration surgit pour finir par être passée au peigne fin pour une audience plus large. L’autre jour, un ami était confronté à la nécessité de faire un choix entre faire quelque chose et devoir le faire. 

Cela semble vraiment mineur mais en réalité il y a une différence tellement énorme que parler de vie ou de mort ne serait pas exagéré !  Il y a plusieurs façons de considérer cela mais le point de vue énergétique est prioritaire. Pour utiliser une de mes fréquentes citations : « Le métaphysique précède le physique ». ‘Choisir de faire quelque chose’ est porteur d’une énergie très différente de ‘Avoir à faire quelque chose’. De bien des façons, cela se réduit à soit choisir de le faire soit être forcé à le faire. Choisir de faire quelque chose est une réponse à la vie mais si vous êtes forcé de le faire, c’est une réaction à l’intérieur de vous.

Choisir et répondre vient du moment et est en harmonie avec la vie. Choisir crée un facteur de réponse positif, invoquant l’empressement et l’enthousiasme, si bien que quoi que ce soit que vous alliez faire se fera facilement et bien. Vous créez une focalisation enthousiaste qui veille à ce que le travail se fasse. D’un point de vue énergétique, tout va circuler en votre faveur, que ce soit physiquement ou mentalement et même émotionnellement et avec cette harmonie intérieure, vous aurez du discernement sur la façon d’exécuter une tâche difficile  -ou une douce efficacité si la tâche est plus familière.

Etre forcé à exécuter une tâche suggère de ne pas être disposé au départ et d’avoir une aversion pour cette tâche quelle qu’elle soit. Cela crée un blocage d’énergie qui se manifeste sous forme d’obstacles et de difficultés. Au fur et à mesure que les choses ‘se passent mal’ dans cette tâche, la réaction intérieure devient plus forte ce qui aboutit souvent à de la colère. La réaction vient de la négativité dans votre passé, de vieux programmes de procrastination, d’aversion ou de peur et de préjudices. Lorsqu’une énergie d’aversion est invoquée, comme dans la loi de Murphy, tout ce qui peut aller mal va aller mal et au pire moment possible. Et comme dans le cas du proverbial Murphy, vous allez blâmer tout et n’importe qui… sauf vous-mêmes !

Au plan énergétique, il devient évident qu’en tant qu’Etres énergétiques, nous sommes responsables du champ d’énergie dans lequel nous vivons et agissons dans notre réalité physique. Il devrait donc être d’une évidence aveuglante que notre obsession à blâmer est aussi ridicule qu’inutile.  Imaginons qu’à cause d’une aversion intérieure à exécuter une tâche, vous l’ayez remise à plus tard pendant des jours ou même des semaines. Tout au long de cette période de délai et de procrastination, vous créez par inadvertance un champ d’énergie de résistance qui grandit sans cesse, ce qui veut dire que votre propre création d’énergie va résister à tout effort dans votre vie pour que les choses se passent en douceur et dans le bien-être. Nous appelons cela une « série de malchances » ! Quand le moment arrive enfin où il faut exécuter la tâche méprisée et redoutée, vous aurez créé un maximum de résistance et l’opportunité optimale pour les erreurs ou les échecs.

Ce scenario correspond bien à l’expression New Age rarement bien comprise : “Nous créons tous notre propre réalité.” Intellectuellement nous savons que la création est holistique mais nous comprenons rarement toute la portée de cela. Il est vrai que nous sommes impliqués dans la création de notre réalité sur un plan physique, mental, émotionnel et spirituel, le tout simultanément, en chaque instant de nos vies. ‘Choisir de’ ou ‘Avoir’ à est un facteur très puissant dans tout cela. Tout à fait en dehors de l’ambiguïté de notre vie prise globalement  -aspect rarement facile à saisir pour une personne qui n’a pas d’ouverture sur la nature de l’énergie-  il y a le facteur santé, indicateur bien plus évident de notre discorde intérieure.

La maladie est toujours due à une perturbation dans notre conscience. Pour la plupart des gens, cette perturbation vient de notre résistance quotidienne aux nombreux niveaux de la vie. Pour les personnes qui sont spirituellement plus éveillées, cette maladie peut venir de l’activation d’un vieux schéma karmique dont la personne n’a aucune connaissance intellectuelle.  Une telle personne va utiliser la maladie pour guérir de façon créative la perturbation venant du passé en ne s’opposant pas à la maladie mais plutôt en lui permettant de s’exprimer complètement de manière à libérer son vieux schéma de perturbation énergétique. Et si, pour atteindre la réussite cela veut dire la mort du corps physique, c’est un résultat acceptable. Habituellement, au sein de cette étreinte plus élevée de la vie, ce que l’on nomme la guérison se produit.

Supposons qu’une personne (et c’est commun) vive la plupart de sa vie dans l’énergie de l’ ‘Avoir à’, par opposition au choix d’exécuter volontiers toutes les nombreuses tâches plaisantes et pas si plaisantes de la vie quotidienne. Hélas de nombreuses personnes grandissent de cette façon, en suivant les schémas énergétiques de leurs parents… et vraiment, c’est difficile de ne pas faire ça ! La résistance intérieure à la vie résulte habituellement en maladie, fondée sur une pure lassitude intérieure. Les gens qui vivent comme ça n’aiment pas la vie, ils la voient comme un fardeau qu’il faut endurer plutôt qu’une joie dont on peut profiter. Voyez-vous ce que je veux dire ? Soit vous choisissez de vivre la vie joyeusement, soit, par défaut, vous devez vivre votre vie parce que vous êtes dedans. Voyez-vous comme la différence est énorme, comment cela affecte immensément la qualité et le bilan de votre vie ?

La lassitude intérieure est un champ d’énergie négative créé par vous-même, qui a un effet émotionnel immense sur vous. La discorde émotionnelle prolongée va finir par se manifester éventuellement en une perturbation physique sévère. L’une des plus communes est le cancer. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi une guérison du cancer est toujours décrite comme une rémission et pas comme une guérison ? Quelle que soit la raison officielle, la réalité est simple : si le cancer provoque dans votre conscience un changement tel que vous éliminiez le vieux schéma de discorde mentale et émotionnelle qui a créé le cancer, alors si le dommage physique n’est pas trop grand, vous pouvez être guéri pour toujours. Le vieux paradigme aura pris fin et vous pouvez entrer dans de nouveaux paramètres de vie et de façon de vivre.

Bien trop souvent, votre corps répond au traitement physique et les cellules cancéreuses sont exterminées et le corps entre en rémission. L’effet de désordre physique a été traité et guéri mais la cause intérieure de la discorde demeure intouchée et non traitée. Habituellement, la rémission ne dure que le temps qu’il faut au vieux schéma de discorde intérieure pour s’imposer à nouveau dans la vie de la personne. ‘Avoir à’ est un facteur souvent non pris en compte dans la santé humaine. Une bonne volonté constante, opposée à agir constamment à contrecœur, est bien trop facilement négligée en ce qui concerne la santé. Même un enthousiasme à faire les tâches plaisantes avec une aversion pour toutes les autres, peut conduire à un éventuel déclin de la santé. La vie est une occupation de tous les instants, pas une question de choisir et sélectionner les moments où vous acceptez de  participer volontiers.

Vous pouvez, bien entendu, vous autoriser les choix et sélections les plus évidents. Vous pouvez choisir de lire ceci, d’observer votre vie et de faire des changements intelligents pour votre propre bien-être. De la même façon, vous pouvez choisir de lire ceci, de le rejeter et de ne rien faire. Vous et moi faisons de tels choix instant après instant, le plus souvent sans véritable objectif conscient. Quand vous embrassez la vie avec enthousiasme, choisissant de faire ce qui a besoin d’être fait, vous faites des choix subconscients qui complémentent et soutiennent votre santé et votre bien-être en général. Si vous êtes du genre à ‘Avoir à’, vous faites aussi les choix subconscients de la résistance et de l’aversion intérieure, ce qui crée la discorde émotionnelle qui accompagne toujours de tels murmures de mécontentement subconscients.

Ce n’est pas que nous soyons des Etres difficiles et complexes, bien au contraire, nous sommes des Etres holistiques et pleinement impliqués dans un voyage de découverte et de création. S’il y a un et un seul quelconque problème là-dedans, c’est notre manque de conscience dans le fait qu’à chaque instant de nos vies, nous créons chaque instant de nos vies.

 

Dans l’Amour et la Lumière   – par choix !

Michael