Amour – Poème de Kahlil GILBRAN

AMOUR

Poème de Kahlil GILBRAN

Et puis Almitra a dit : “Parle-nous de l’Amour”. Et il leva la tête et regarda les gens, alors une immobilité tomba sur eux.

Et d’une voix forte, il dit : Quand l’Amour vous fait signe de le suivre, même si les voies de l’Amour sont dures et escarpées, et que les ailes de l’Amour vous enveloppent, vous lui cédez, même si l’épée cachée dans ses plumes peuvent vous blesser.

Et quand l’Amour vous parle, croyez, même si la voix de l’Amour peut détruire vos rêves comme le vent du Nord dévaste le jardin. Car de même que l’Amour vous couronne, l’Amour vous crucifiera. De même que l’Amour est pour votre croissance, il est pour votre élagage.  De même que l’Amour monte jusqu’à votre hauteur et caresse vos plus tendres branches qui frissonnent au soleil, il descendra jusque dans vos racines et les ébranlera de leur accrochage à la terre.

Telles des gerbes de blé, l’Amour vous rassemble  en lui. L’Amour vous bat pour vous dépouiller. L’Amour vous passe au tamis pour vous libérer de vos enveloppes. L’Amour vous moud jusqu’à la blancheur. L’Amour vous pétrit jusqu’à vous rendre malléables. Et puis il vous confie au feu sacré de l’Amour pour que vous puissiez devenir le pain sacré de la fête sacrée de Dieu. Toutes ces choses, l’Amour vous les fera pour que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur et devenir, par cette connaissance, un fragment du cœur de la Vie. Mais si, dans votre peur, vous ne recherchez que la paix de l’Amour et le plaisir de l’Amour, alors il vaut mieux pour vous couvrir votre nudité et vous abstenir de l’aire de battage de l’Amour dans le monde sans saison où vous allez rire mais pas à gorge totalement déployée et pleurer mais pas de toutes vos larmes.

L’Amour ne donne rien qui ne soit lui et ne prend rien qui ne soit lui. L’Amour ne possède pas, il ne peut non plus être possédé, car l’Amour se suffit à lui-même. Quand vous Aimez, vous ne devriez pas dire : «  Dieu est dans mon cœur », mais plutôt : « Je suis dans le cœur de Dieu ». Et ne pensez pas que vous pouvez dirigez la course de l’Amour. L’Amour, s’il estime que vous le méritez, dirige votre course. L’Amour n’a d’autre désir que de s’accomplir.

Mais si vous Aimez et que vous ayez besoin d’avoir des désirs, que ceux-ci soient vos désirs : Fondre et devenir tel un ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit. Connaître la douleur de trop de tendresse. Être blessé par votre propre compréhension de l’Amour et saigner de votre plein gré et avec joie. Vous éveiller à l’aube avec un cœur ailé et offrir vos mercis à un nouveau jour d’Amour. Vous reposer à midi et méditer sur l’extase de l’Amour. Rentrer à la maison avec gratitude à la tombée du jour et puis vous endormir avec une prière pour l’Aimé dans votre cœur et un chant de louange sur les lèvres.